lundi 2 décembre 2013

Prends soin de toi !

N'importe quel enfant du catéchisme sait à sept ans que la morale chrétienne, c'est-à-dire l'ensemble de conseils que Jésus nous a donnés pour vivre heureux, consiste d'abord à s'occuper des autres, à prendre soin d'eux, à les aimer. Et nous nous y employons de notre mieux. On ne le dit pas assez : la charité des chrétiens, leur générosité, leur attention à autrui sont extraordinaires. D'autant plus qu'ils trouvent cela normal ; que leur générosité, pour eux, va de soi ; qu'elle s'inscrit dans l'ordinaire des jours.
Mais en cette préparation de fête de Noël, fête généreuse s'il en est, je voudrais proposer une autre attention : soi-même.
Non que j'invite à l'égoïsme ! Mais parce que veiller sur nous-mêmes est souvent ce que nous faisons le moins bien.
Eduqués à l'altruisme, nous n'avons plus, parfois, assez d'attention pour nous-mêmes. Nous oublions de nous arrêter pour respirer, pour prier, pour rire ou soupirer : nous sommes trop Marthe et pas assez Marie ; et les mois passent ... Je vois trop de prêtres fatigués, de volontaires d'associations doux avec autrui, durs avec eux-mêmes, de jeunes engagés dans le service au point de négliger leur avenir ou leur famille.
L'amour d'autrui est le premier commandement de Jésus. Et cet amour peut aller jusqu'au don total de soi. Mais Jésus lui-même ne détestait pas manger, boire, rire, retrouver les maisons de ses amis. C'est de la sagesse. Pour rendre fort, il faut être fort ; pour soigner, il ne faut pas être malade ; pour rendre heureux, il faut être heureux. Et si l'on est malade, ou dans la difficulté quelle qu'elle soit, il faut prendre soin de soi. Sans égoïsme, mais par sagesse.
Prendre soin de son corps ; prendre soin de son cœur, prendre soin de son âme. Retrouver les amis, la famille ; souffler, s'asseoir, même dans le tourbillon des ''choses à faire'' ; dire ''oui'' à ce qui est bon et ''non'' à ce qui est pesant et pénible, sans fausse mauvaise conscience ; s'offrir une retraite, un voyage, une lecture, que sais-je ! Un simple bol de café ... Se sourire dans la glace. Se rappeler que nous, les aimés du Seigneur, nous sommes appelés à être heureux.
L'amour va quelquefois au-delà de la sagesse. Mais la sagesse fait partie de son chemin.
Prenez soin de vous, au seuil de cette nouvelle année, pour aller aussi loin que le Seigneur vous le demandera !
                                                                        Frère Yves COMBEAU
Tiré du Bulletin Vivre l'Evangile à la télévision - déc.jan. 2014 n° 179

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire